Site MixityClub
Les 15 derniers messages :


Octroi de prêt entre particulier honnête et serie
Par munoz025
Le 28/03/2017 à 19:49  

Re : [ANNULE] Dimanche ludique Janvier 2017
Par fil
Le 21/01/2017 à 09:48  

Re : Soirée jeux Novembre 2014
Par toz
Le 16/11/2016 à 14:33  

Re : Brunch jeux Novembre 2016
Par toz
Le 15/11/2016 à 16:00  

Re : Brunch jeux Septembre 2016
Par vivi0102
Le 25/10/2016 à 13:27

Accéder à tous les forums
 ACCUEIL \DISCUTER \ Les forums de discussion
Chercher dans les forums

Blagues, petites annonces, délires, etc...

le 19/04/2004 à 07:58

De : lyre
L'Ombre

Etre amoureuse d'une ombre n'est pas si facile.
Quand dans votre coeur vous vous sentez blessees.
Vivre ici bas est tellement difficile
quand dans ses bras vous vous etes abandonnees.
Et pourtant la vie et ses mysteres
ne pourront a jamais vous en defaire.

La vie est ainsi faite que personne n'oublie
le souvenir, de ces matins divins
ou blottis dans l'infini,
unis jusqu'au lendemain
2 personnes se donnent sans remord,
dans la fusion charnelle de leurs 2 corps
la promesse qui est faite de s'aimer,
en oubliant le passage des annees

Et si d'aventure cette ombre revient
que la nuit a jamais tombe sur votre vie
car pour les ames meurtries
rien ne vaudra jamais cet amour infini

Partager :

18 réponse(s) trouvée(s) au total. Page 1 / 2 


Le 19/04/2004
À 08:54
De : lepers

Re : L'Ombre
...
Si un jour la vie t'arrache à moi
Si tu meurs que tu sois loin de moi
Peu m'importe si tu m'aimes
Car moi je mourrais aussi
Nous aurons pour nous l'éternité
Dans le bleu de toute l'immensité
Dans le ciel plus de problèmes
Mon amour crois-tu qu'on s'aime
Dieu réunit ceux qui s'aiment

Le 19/04/2004
À 09:23
De : diov

Re : L'Ombre
Wahouuuuuu c magnifique miss et touchant !!! ça me rappelle des souvenirs !!!!

Le 19/04/2004
À 09:27
De : fabrice

Re : L'Ombre
Tu crois que Jimmy aussi y pense à toi comme ça lyre ?

Le 19/04/2004
À 10:04
De : kedam

Re : L'Ombre
Puissance et Gloire...

Fier et chaud soleil, humble et froid quartier de lune,
Grande est la foi, pur le cœur, de qui s'investit,
Carrière, ambition démesurée, faire fortune,
Faible et corrompue est l'âme de qui honnit.

Quel est ce monde triste, délétère, malvenu,
Où règnent injustice, clivages, peur et envie,
Qu'encouragent et prônent bien nés et parvenus,
D'où l'homme honnête, sincère et droit est banni.

Monde inverti, violent, obsolète et pervers,
Où le pauvre doit mendier, pour survivre, son bol
Et son gîte pendant le froid et dur hiver,
Grelottant, have et glacé, à même le sol.

Cependant que d'aise étouffe le nanti.
Pieds et fesses au chaud, au sommet de son orgueil,
Il ronronne, gavé de fins mets et d'oubli.
Il somnole, l'esprit gourd, hermétique à l'éveil.

Tandis qu'à ses pieds coquets crève la marmaille,
Du plus haut de sa devise "fortune et gloire",
Le ventre rebondi, goulûment il ripaille,
Et savoure, joyeux, la gouleyante poire.

Soudain, avachi, repu, sonore, il rote,
Tend péniblement une main grasse et soignée
Vers l'esclave attentif qu'il hèle. Garçon, la note !
Paiement comptant, l'argent n'a de valeur que gagné.

Sifflant son chauffeur aux aguets, il titube,
Se dandine, zigzague et claudique, éméché.
Piloté, il n'aura pas à souffler dans le tube,
Dès demain matin il soudoiera l'évêché.

Tout se paie, parfois cher, en ce drôle de monde,
La paix, l'oubli, l'acquittement, l'absolution,
Les délicieux offices de la putain blonde,
Et même ceux qui de Dieu accordent pardon.

D'un hoquet plus violent il vomit les délices
Du repas trop cher, sur le trottoir parsemés
En une gerbe de gluantes immondices,
Éclaboussant les pieds gelés d'un affamé.

Il se fixe, inquiet du grognement que pousse
Le gueux assoupi qui s'accroche à ses hardes,
Et le maudit. Ivre d'un mauvais vin il tousse,
Larve nauséabonde à la mine hagarde.

La main droite tétanisée sur le portefeuille,
L'autre préservant le défunt entrejambe,
Rassuré, méprisant, il risque un méchant œil
Vers le pauvre, rendormi, calmé, qu'il enjambe.

Rentré chez lui, au chaud, vautré sur le divan
Douillet où l'épaule servile d'un domestique
L'a déposé, il entend son cœur hésitant
Rythmer son agonie, tam-tam archaïque.

La douleur est aiguë, violente, mais brève,
Sa vie, dans un ultime sursaut se termine.
Il gît, tel un cachalot échoué sur la grève.
Chue de son canapé se répand la vermine,

Le nez violacé dans la moquette de laine.
Son corps tendu, en un dernier et trouble symbole,
Libère un vent posthume et musical, haleine
Fétide, gai résumé, divine parabole.

Le pauvre, quant à lui, par le froid engourdi
Et raidi, émerge des cartons et s'ébroue.
Sa mort, il la boit tous les jours. Il lui sourit,
Comme d'une amie chère souhaitant le rendez-vous.

Elle le fera attendre et espérer pourtant.
L'éternelle souffrance, le mépris et l'ennui
L'aideront peut-être à négliger le printemps
Pour fuir dans la froidure, la neige et la pluie.

Une belle cirrhose, un bon gros cancer,
Quelque sale maladie, sournoise, aura raison
De ce corps sale et amaigri. Un mal pervers,
Une lente agonie lui rendront sa maison.

Quels que soient les vilains remords qui nous rongent,
Quelles que soient nos raisons d'avancer, de courir,
Seul importe le regard intérieur, si l'on songe
Qu'égaux tous enfin serons, juste après mourir.

C'est moins beau que le tien Lyre mais c'est aussi ça la vie...

Le 19/04/2004
À 10:08
De : flojess

Re : L'Ombre
nous avons trouvé le féminin de Lepers.....lol


Par ailleurs Lyre grrrrr!!! pourquoi on s'y retrouve dans tes poèmes tu vois ce que je veux dire ma chérie...lol

Le 19/04/2004
À 10:11
De : tricksouille
Re : L'Ombre
Ben euh c'est que c'est pas mal de pas mal de bien quoi !

Le 19/04/2004
À 10:15
De : lepers

Re : L'Ombre
C clair, c'est trés beau...

snif, j'en ai une ptite larme tiens

Le 19/04/2004
À 10:48
De : danieljackson

Re : L'Ombre

haaa Lepers , "l'hymne à l'amour....." bon choix

Le 19/04/2004
À 14:57
De : ptit-tigrou

Re : L'Ombre
viii ... zoliii !


Le 19/04/2004
À 15:03
De : ptit-tigrou

làlà làlàlàlà :)
Promets moi si tu me survis
D'être plus forte que jamais
Je serais toujours dans ta vie
Près de toi, je te promets
Et si la mort me programme
Sur son grand ordinateur
De ne pas en faire un drame
De ne pas en avoir peur

Pense à moi, comme je t'aimeeeeeee !!!!
Et tu me délivreraaaaaaas !!!!!
Tu briseras l'anathèmeeeeeee !!!!
Qui me tiens loin de tes braaaaaaaas !!!!
Pense à moi, comme je t'aimeeeeeeee !!!!
Rien ne nous sépareraaaaaaa !!!!!
Même pas les chrysanthèmeeeeeeees !!!!
Tu verras, on se retrouveraaaaaaaaaaaa !!!!

N'oublie pas ce que je t'ai dit
L'amour est plus fort que tout
Ni l'enfer ni le paradis
Ne se mettront entre nous
Et si la mort me programme
Sur son grand ordinateur
Elle ne prendra que mon âme
Mais elle n'aura pas mon cœur

Pense à moi, comme je t'aime
Et tu me délivreras
Tu briseras l'anathème
Qui me tiens loin de tes bras
Pense à moi, comme je t'aime
Rien ne nous séparera
Même pas les chrysanthèmes
Tu verras, on se retrouvera
On se retrouvera
On se retrouvera...


là là là là là )

(Francis Lalanne)


18 réponse(s) trouvée(s) au total. Page 1 / 2 
Les 15 derniers avis :


Brunch 'Café Pierre ' 75012
Par lyre
Le 21/10/2012 à 14:42  

Re : Le Petit Cheval de Manège (resto)
Par thx1139
Le 21/09/2012 à 17:33  

Dernier coup de ciseaux
Par stephanie
Le 11/07/2012 à 11:55  

Re : Métropolitain (Restaurant)
Par lyre
Le 04/07/2012 à 11:51  

Re : L'escient
Par thx1139
Le 14/05/2012 à 23:09

Accéder à aux avis
  MixityClub : association loi 1901 [ Contacts | Plan du site | Mentions Légales ]      
annuaire des joueurs Cityvox Paris Paristribu : sorties et loisirs Gralon Annuaire Webmaster siteiledefrance Référencé sur Mirti annuaire internet SZIGG.com - Classified Web Links references-web Webrankinfo Annuaire Web Paris - Associations Paris Code postal villes françaises. Site selectionné par e-annuaire : annuaire des meilleurs sites Rubrique Paris de l'annuaire Actualité du référencement et Dictionnaire